Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Interview du Docteur Mohamed Yahya Ould Ciré  président de l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E) avec le journal Le Point Afrique: « L’État mauritanien s’oppose à la libération des esclaves »

 

« La Mauritanie compte un nombre d’esclaves très important. Quasiment la moitié de la Mauritanie est réduite soit directement, soit indirectement à l’esclavage, c’est une situation grave. »

 

Ci-dessous, les  observations finales du Comité des droits de l’homme des Nations Unies concernant l’esclavage en Mauritanie  datant le 25 juillet 2019 à propos de l’esclavage.

Le Comité reste préoccupé par :

 

  1. a) La persistance de situations d’esclavage et de préjugés solidement ancrés dans certaines traditions à ce sujet ;

 

  1. b) L’absence de données permettant de mesurer l’étendue de cette pratique;

 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Peut-on parler de la précampagne électorale de Ould GhaZouani et sa” bande “ à deux mois des élections présidentielles ? Aucune candidature n’a encore été validée par la dite commission électorale indépendante “ fruit d’une mascarade politique qui ne dit pas son nom. La Mauritanie est t- Elle entrain de nous léguer une leçon de démocratie version Rim (rien n’est impossible en Mauritanie) ; le régime militaire dictatorial de Mouhamed Ould Abdel Aziz ambitionne toujours de régner sans partage dans sa tradition Gabégiste.

L’éventuelle élection probable en l’absence d’un sursaut populaire permettra à Ghazouani, l’autre Aristote de la délinquance économique de régner en toute impunité. En juin prochain la Mauritanie sera t’elle reparti pour encore 10 ans d’esclavage, de discriminations raciale, d’absence de règlement du passif humanitaire, d’une justice inégalitaire, guidée par la main invisible du ”Tyran ”.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Ce que je dis, je l’assumerai jusqu’à devant Dieu et je défie Sokhona et ces lascars troubadours, qui agitent le spectre de la « diffamation » à m’apporter la moindre preuve du contraire, ensuite, je présenterai mes excuses publiques pas seulement à cet homme mais à la nation mauritanienne toute entière. Sidney Sokhona était bel et bien le conseiller chargé de mission des droits de l’homme de Maaouiya Ould Sid’ahmed Taya pendant qu’il tuait et expulsait les noirs vers le Mali et le Sénégal.

Sidney Sokhona n’avait de mission qu’à sillonner l’Europe, Amérique, Afrique, Asie, le Moyen Orient, le Golf pour nier les déportations, exécutions extrajudiciaires, l’esclavage, le racisme pour le compte du dictateur Taya. D’ailleurs, qui l’ignore en Mauritanie à part ces pauvres illettrés Soninké dans le Guidimakha qu’il berne avec son discours à deux balles en se prenant comme un nationaliste soninké qui se porte garant à défendre l’intérêt de Soninkara dans le Guidimakha sans avoir un certificat d’études dans sa poche?

Nous savons ce que ses conseils ont rapporté à la dictature Ould Taya, qui étaient si désastreux en terme humanitaire, le voila qui est chargé de mission apparemment de Ould Abdel Aziz auprès des populations Soninké du Guidimakha, il faudra s’y attendre au pire. Ce qui est sûr, cet homme est tellement aigris, méchant, rancunier, jaloux, complexé, égoïste, il ne cédera la place à aucun autre soninké à fortiori les autres citoyens qu’il déteste naturellement. Un vrai gourou animiste sectaire.

Lors du coup d’état du général Aziz en 2008, Sidney n’aurait trouvé d’autres moyens à combattre les putschistes qu’à arpenter les cases de féticheurs sorciers Africains pour « marabouter » l’armée et Ould Abdel Aziz, voila l’arme d’un vrai ignorant animiste qui ne croit pas à Dieu. Assez de cette fumisterie officielle !

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Pour recréer la confiance et ressusciter l'espoir au sein des mauritaniens : Les raisons d’un pacteDiscours de Biram Dah Abeid à la cérémonie qui scelle l'alliance électorale et politique entre le courant qui soutient BDA aux élections présidentielles et le parti ESSAWAB.

Il y a dix ans, naissait l'initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA). Tout de suite, le mouvement a été identifié, par le pouvoir en place, comme le vecteur de la subversion sociale et le levier de la déconstruction idéologique. 

Les factions engraissées depuis des siècles dans les surplis du système d'oppression, de prévarication et de contrefaçon, ont œuvré, depuis, à maintenir notre essor sur le fil d’une illégalité soigneusement entretenue. Par conscience de nous mieux exclure, il fallait nous tenir à distance de la parole légitime, donc hors des oratoires où elle s’autorise quelque crédit. 

Aux fins de cette censure, les zélateurs du passé, les serviteurs de l’exception antidémocratique, les érudits simoniaques - en réalité marchands du temple - et l’ensemble du personnel voué à entériner et reproduire l’institution de l’esclavage et des castes, réussissaient à nous immobiliser sur les marges, usant, alors, de la loi, de la force brute et du préjugé de masse. Les services de la sécurité politique et l’essentiel de la presse servile contribuaient ainsi à nous imposer une mise au ban à quoi nous condamnait, de la part du système hégémonique, notre tension vers la rupture. 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

On s’était posé la question,  qu’est ce que M. Sideney Sokhona est allé faire au Guidumakah ce 06 mars 2018 ? On le sait maintenant,  il s’est accaparé de la tribune officielle, monopolise la parole,  lui qui est incapable de rassembler une bonne dizaine de citoyens aujourd’hui dans la région. Puis qu’il a trahis, déçus les populations  depuis plusieurs décennies. Ce personnage ne suscite plus aucun intérêt pour les ressortissants du Guidumakha, il  a profité de cette journée nationale contre l’esclavage et ses séquelles, initiée par les autorités Mauritaniennes, sous l’étiquette d’un conseiller du président de la république, pour rallumé sa verve  nationaliste soninké afin de diviser les populations en communauté et caste à l’aube des futures élections.

 

 Une atteinte grave indigne d’un haut cadre de l’administration à l’unité nationale au nez et à la barbe de tout le monde. Il a trimballé dans ses délires nationalistes « anti-maures » clairement,   le commissaire aux droits de l’Homme et à l’action humanitaire, M. Cheikh Tourad Ould Abdel Maleck, une connaissance de longue date au temps Ould Taya ; certainement pour tronquer les conclusions finales de cette journée. Pour rappel, M. Cheikh Tourad était l’homme qui portait le sac de Sokhona lors des missions sur les droits de l’homme à l’extérieur pour berner la communauté internationale sur la réalité de l’esclavage et le racisme d’état en vigueur en Mauritanie.  

 Voila les propos qu’il a tenu en soninké : « Un certain comportement est un pêché selon Sidney Sokhona « Haram », car, dire que  je ne prie pas derrière celui-là, parce qu’il est ceci ou cela, est faux, anti-islamique, ce n’est pas un comportement musulman. Mais cela ne doit être par la force ni par des querelles, comme du genre, pousse toi, tu ne connais rien, je me mets à ta place, non, ce n’est pas comme ça, il faut s’asseoir et discuter. Il y a beaucoup de grands villages soninké, je l’ai même dit en France,  on dit souvent qu’un tel est le grand marabout du village alors qu’il n’est même pas instruit.